Skip to content

Appareil photo « Sony T200 » détecte les sourires, 2008

Description

Dans la surenchère de fonctions supplémentaires que peuvent offrir les appareils photo numériques (comme « l’anti-yeux rouges »), Sony décide d’ajouter un système de détection de sourire qui permet de bloquer le déclenchement de l’appareil si le ou les sujets ne sourient pas.

Prise en compte de la responsabilité par la conception

La « responsabilité » est ici liée à l’intégration d’une telle fonction au sein de l’appareil. L’utilisateur n’a donc plus besoin de choisir l’instant de la prise de vue. L’appareil prend lui-même la décision de prendre la photo au moment le plus opportun, dès lors que le bouton du déclencheur reste appuyé. Bien entendu, la fonction peut être désactivée pour permettre de reprendre le contrôle de l’appareil. Le libre arbitre est donc préservé, mais l’incitation à un usage « hyper-automatisé » est désormais présente.
La marque Hewlett Packard vient elle aussi, dans un tout autre registre, de proposer un appareil photo qui offre la possibilité d’amincir, de rajeunir ou encore d’embellir un sujet, par des fonctions « amincissantes » qui affinent les courbes, et «anti-âge» pour atténuer les rides, les imperfections de la peau, les vergetures et les marques de cellulite.

Usages & Pratiques

Aucune

Bilan & Pistes

Ces « valeurs ajoutées » sont bien sûr des arguments marketing pour se démarquer de la concurrence. Ces fonctions ne sont que des solutions de facilité et de duperie. Rien d’alarmant, vraiment ? D’une part, cela contribue à dissimuler notre véritable apparence, comme nous pouvons le voir au quotidien avec les mannequins « photoshopisés58 » des magazines, qui contribuent à la frustration de nombreuses personnes. D’autre part, imaginons qu’un appareil nous offre le choix du bon cadrage par une détection de la composition, puis une fonction pour la bonne lumière, le bon sujet, tout cela intégré au mode « auto » qui, aujourd’hui, a déjà pris le pas sur le mode manuel. Accusera-t-on un jour ces marques d’avoir contribué à effacer de nos albums photos, nos vrais visages et nos attitudes naturelles ? Que verrons nos arrière-petits enfants de nous ? Des êtres tous semblables et lisses, sans rides, toutes ces caractéristiques qui constituent finalement notre véritable identité et notre histoire…

Vers des objets responsabilisants

Les applications sont par définition vouées à simplifier des tâches, à nous permettre de gagner du temps et donc à nous aider. Il faut aussi voir leurs effets à long terme sur notre société, et pas seulement leurs effets à court terme sur nos actions quotidiennes, comme pourraient l’illustrer ces fonctions photographiques qui n’aident en rien l’humanité. Peut-on envisager des applications qui nous aideraient à prendre conscience des conséquences de leurs usages ou qui auraient un rôle pédagogique pour finalement nous aider dans nos tâches de manière préventive ?

Notes :

58.
Ce terme fait référence au logiciel de retouche d’images Photoshop, utilisé par les photographes pour corriger les imperfections.

> « Glucoboy » et le Serious Gaming, 2007

—————————————————————————————————————————————-

Annexe

—————————————————————————————————————————————-

Folding@Home

Folding@Home est un projet de calcul réparti. Son but est d’étudier le repliement de protéines dans diverses configurations de température et de pression, afin de mieux comprendre ce processus et d’en tirer des connaissances utiles qui pourraient, entre autres, permettre de fabriquer de nouveaux médicaments. L’étude est effectuée par un moteur ou client, que chacun peut installer sur son ordinateur (sous Windows, Linux, Mac OS ou PlayStation 3, en ligne de commande ou en mode graphique, sous forme d’un écran de veille).
http://folding.stanford.edu/French/Main

> « Glucoboy » et le Serious Gaming, 2007

%d blogueurs aiment cette page :