Skip to content

L’usage des applications

Définition

D’une façon générale, en ingénierie, une application est l’utilisation de connaissances scientifiques, de techniques et de produits en vue de résoudre un problème concret.

En informatique, le terme « application » désigne à la fois l’activité d’un utilisateur susceptible d’être automatisée, et le logiciel qui automatise cette activité (logiciel applicatif).

Selon le Grand Dictionnaire terminologique : « Un logiciel applicatif (ou logiciel d’application) est un ensemble de programmes informatiques qui servent à aider un utilisateur à faire un certain travail. » Les termes « logiciel applicatif », ou «application », ou « applicatif » (utilisés comme substantif dans le langage courant) peuvent également être employés.

Historique

Le logiciel a évolué progressivement de sa date de fondation, au cours des années 1940 jusqu’à aujourd’hui. L’enjeu actuel d’améliorer les technologies et les pratiques, vise également à améliorer la productivité des praticiens et la qualité d’application pour les utilisateurs.

Les logiciels sur mesure

Dans les années 50, l’industrie a commencé par la production de logiciels sur mesures pour les entreprises. Cette activité existe toujours, c’est à elle que se consacrent les grandes SSII46. Puis, les fournisseurs de logiciels ont voulu rationaliser la production de code en concevant des « packages47 » réutilisables, des outils de production internes.

Les produits logiciels

Pour qu’un produit interne soit commercialisé, il fallait qu’il soit « industrialisé », c’est-à-dire sécurisé, documenté, mis à la portée d’utilisateurs d’un degré d’expertise moyen, auxquels il faudrait en outre dispenser une formation. Après un effort d’industrialisation, les packages ont pu être mis sur le marché et vendus en tant que produits. Ainsi, l’offre de logiciels est passée du sur mesure à la confection.
Ces produits étant destinés aux entreprises, et analogues à des biens d’équipement, se vendent en petit nombre et pour un prix unitaire élevé. Les clients sont les directions informatiques des entreprises, pour qui ces produits sont comme des machines-outils. La standardisation de facto des ordinateurs, permise par le lancement de la gamme 360 par IBM en 1967, ainsi que la vente de logiciels par IBM à partir de 1970, ont facilité ce commerce.
On estimait que la durée de vie d’un package était de cinq ans. Lorsque cette prévision était dépassée, la rentabilité était élevée. La production des produits logiciels n’est pas « à coût fixe » en raison de l’importance des coûts de commercialisation.

Les logiciels grand public

La micro-informatique créa dans les années 80 le troisième segment de l’industrie du logiciel. Il alimente le grand public en progiciels48. La production de progiciels est « à coût fixe » en raison de l’ampleur des débouchés et des techniques de commercialisation de masse. Les prix sont beaucoup plus bas que pour les produits logiciels. Certains produits grand public seront utilisés par les entreprises : ils équiperont la bureautique et les PC en réseau.

La bureautique communicante

Dans les années 90, Internet se diffuse dans le monde professionnel et de nouvelles applications voient le jour avec la messagerie ou la documentation électronique, dans la perspective de faciliter le travail à distance. D’autre part, elles ont permis d’informatiser le travail coopératif par interventions simultanées de plusieurs personnes, ou bien par interventions successives. L’objectif de la bureautique communicante est ainsi d’améliorer la productivité du travail de groupe qui représente une part importante de l’emploi du temps des cadres.

Les applications web

En 1993, le World Wide Web49 a permis aux utilisateurs de partager des documents et des images plus rapidement qu’avec le courrier électronique. Le nombre grandissant de documents publiés a rapidement rendu les moteurs de recherche50 nécessaires
pour les retrouver. La technologie des applications web a évolué très rapidement entre 1994 et 2000, période à laquelle plusieurs logiciels de serveurs web réservés à cet usage sont sortis sur le marché l’un après l’autre, ainsi que des améliorations des navigateurs web. Les premières applications web souffraient d’une maniabilité et d’une ergonomie inférieures aux applications client.
Aujourd’hui, ces applications sont aussi performantes que ses prédécesseurs et permettent les mêmes usages (bureautique, jeux…). Avec l’économie du «gratuit », la majorité de ces applications est devenue accessible à tous en contrepartie d’un affichage publicitaire ou d’un fichage de l’utilisateur et de son contenu (Ref. Google, Facebook).

Les applications mobiles

Avec la démocratisation des téléphones, suivis des smartphones51, les applications sont devenues mobile au début des années 2000. En 2008, une nouvelle étape est franchie avec l’iPhone d’Apple. Equipé de plusieurs capteurs dont un GPS, ces équipements permettent aux applications de devenir contextuelles (informations adaptées à un lieu) et interactives (informations superposées à la réalité, via la caméra). On trouve désormais une application pour toutes les situations du quotidien, accessible depuis presque n’importe-où, grâce notamment à de nouveaux systèmes économiques de distribution comme « l’App Store52 » d’Apple, regroupant aujourd’hui plus de 100 000 applications plus ou moins utiles.

Notes :

46.
Sociétés de Services en Ingénierie Informatique

47.
Ensemble de services proposés groupés à la clientèle.

48.
Un progiciel est la contraction de « produit » et de «logiciel». C’est un logiciel applicatif commercial, standardisé et générique, prévu pour répondre à des besoins ordinaires. Ce terme s’oppose aux « logiciels sur mesure » développés en interne dans une entreprise, et conçus pour répondre à des besoins spécifiques.
Les progiciels regroupent les logiciels de traitement de texte, les tableurs, les logiciels graphiques, les messageries, les navigateurs web, les jeux, …).

49.
Le World Wide Web est un système de documentation hypertexte créé en 1993 pour les besoins du Centre européen pour la Recherche Nucléaire (CERN). Le premier navigateur Web (NCSA Mosaic) a été créé la même année par le National Center for Supercomputing Applications.

50.
Un moteur de recherche est un logiciel permettant de retrouver des ressources (pages web, images, vidéo, fichiers, etc.) associées à des mots.

51.
Un smartphone est un téléphone mobile disposant aussi des fonctions d’un PDA (Personal Digital Assistant). Il peut également fournir les fonctionnalités d’agenda, de calendrier, de navigation web, de consultation de courrier électronique, de messagerie instantanée, de GP S, etc. Un smartphone peut permettre d’installer des applications additionnelles sur l’appareil, développées par le
fabricant, par l’opérateur ou par n’importe quel autre éditeur de logiciel.

52.
L’App Store d’Apple est une boutique en ligne dédiée à l’iPhone et l’iPod où les utilisateurs peuvent télécharger un grand nombre d’applications.

Source
Campbell-Kelly Martin, Une histoire de l’industrie au logiciel : Des réservations aériennes à Sonic le hérisson, Editions Vuibert, 2003

> Le moteur de recherche « Google », 2000

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :