Skip to content

« Weighted waiting : users’ efficiency (time) vs. planet’s efficiency (energy) », Nitipak Samsen, 2009

Description

Le projet « Weighted waiting » est issu du diplôme « The Buttons » (« Les Boutons ») de Nitipak Samsen du Royal College of Arts. La démarche est de repenser le bouton comme objet responsabilisé à travers plusieurs cas. Voici le résumé de l’intention du designer :
« Un bouton est un symbole de contrôle, une extension du désir humain de maîtriser la planète. Pourtant ces jours-ci, la planète s’avère difficile à dominer pour les humains. Devrions-nous augmenter la fonctionnalité des boutons pour « intercontrôler » la planète et les êtres humains ? 18»
« Weighted waiting » est un dispositif pour ascenseur qui module le temps d’attente avant la fermeture des portes en fonction du nombre de personnes qui sont présentes à l’intérieur et détectées grâce à la balance de surcharge de l’ascenseur. Plus l’ascenseur est plein, moins le temps d’attente est long. Une personne voulant prendre l’ascenseur seule devra attendre longtemps avant qu’il ne s’actionne, ce qui l’incitera plutôt à prendre l’escalier ou encore à attendre d’autres personnes avant de monter dans l’ascenseur. De cette façon, l’usage de l’ascenseur devient plus raisonné et l’énergie utilisée est réduite par un usage commun de ce transport vertical.

Prise en compte de la responsabilité par la conception

Ici, l’objet ne contraint que partiellement son usage, contrairement à certains ascenseurs de grands immeubles qui marquent un arrêt tous les 5 étages, obligeant les utilisateurs à devoir descendre ou monter quelques étages à pied. Le dispositif mis en place, joue sur la frustration engendrée par un temps d’attente trop long. Découragé, l’utilisateur va se résigner à emprunter les escaliers pour gagner son temps. Toutefois, la prise de conscience de l’impact du dispositif sur l’environnement n’est pas clairement explicite.

Usages & Pratiques

L’objet responsabilisé contraint l’usage. L’utilisateur est passif et ne peut donc pas faire de bon ou mauvais usage de l’objet.

Bilan & Pistes

Le rapport de temps comme contrainte d’usage, associé à l’énergie comme contrainte environnementale, est une voie difficilement applicable dans notre société. Cette dernière ne jure que par toujours plus de vitesse en termes de mobilité, comme d’information. Néanmoins, repenser la temporalité des usages me semble un exercice louable. Imaginez une voiture qui avancerait à une vitesse
proportionnelle au nombre de passagers, le covoiturage prendrait sûrement une tout autre dimension. Nous voyons ici que le temps, tout comme l’argent, peuvent devenir des moyens de dissuasion d’un « mauvais » usage.

Vers un objet responsabilisant

De telles contraintes sont-elles nécessaires ou ne pourrait-on pas imaginer un interrupteur nous invitant à partager l’espace de l’ascenseur en nous informant sur l’impact énergétique d’un usage individuel ; ou encore sur les rencontres humaines rendues possibles par l’attente d’autres personnes avant que l’ascenseur n’atteigne le nombre de passagers suffisant ?

Notes :

18.
Extrait du site internet de Nitipak Samsen et traduit de l’anglais.
http://www.dotmancando.info/ index.php?/projects/the-buttons

> « Nootan », Gilles Belley, 2007

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :